Restauration de la rivière Petitcodiac

Le projet de la restauration de la rivière Petitcodiac consiste à remplacer le pont-chaussée par un pont d’une taille de 280m afin d’obtenir le maximum d’écoulement naturel de l’eau de la rivière Petitcodiac. Lorsqu’ils établissent les paramètres de la restauration d’un système fluvial, les ingénieurs et les hydrologistes se donnent souvent comme objectif de rétablir l’écoulement naturel de l’eau à son maximum.

Dans le cas de la Petitcodiac, les estimations hydrologiques suggèrent qu’une ouverture de 250 à 280 m est nécessaire dans ce pont-chaussée d’un kilomètre, pour rétablir l’écoulement naturel de l’eau de la rivière. La longeur précise sera déterminée lorsque des plans détaillés de restauration seront effectués. On prévoit que la restauration de l’écoulement naturel de l’eau rétablira jusqu’à 80 % des fonctions du canal fluvial (approximativement 90 % du canal fluvial est présentement rempli dans la région de Moncton), créant ainsi les conditions nécessaires au rétablissement du passage du poisson et à l’exceptionnel mascaret de la rivière Petitcodiac.

Les étapes…

En concordance avec le projet d’impact environnemental, le projet de restauration va être appliqué sous trois étapes:

Étape 1: 2008-2010

Cette étape constitue le travail préliminaire de l’ouverture des vannes qui inclut:
- la protection contre l’érosion à certains endroits en aval (incluant l’ancien dépotoir de Moncton);
une amélioration du drainage au carrefour giratoire pour prévenir les inondations, et les digues et des aboiteaux sont construits en amont dans le but de protéger les terres agricoles.

Étape 2: 2010-2012

Cette étape débutera avec l’ouverture des vannes au printemps 2010. Les vannes vont demeurer ouvertes pour une période de 2 ans pour permettre une surveillance attentive de la rivière Petitcodiac soit en amont et en aval du pont-chaussée.

Étape 3: 2010-2013

Cette étape comprend la construction du pont de 280m dans le but de remplacer le pont-chaussée. Le pont prendra quelques années à construire mais il devrait être ouvert à la circulation en 2013.

Les dépenses du projet

Les dépenses totales du projet s’élèvent à environ 68 millions $.

Les bénéfices du projet

On prévoit des bénéfices associés à la restauration de l’écoulement naturel de l’eau de la rivière Petitcodiac dans le secteur de l’écotourisme (observation du mascaret et aventures de jour sur la rivière), le développement d’infrastructures pour le tourisme et la pêche (commerciale et récréative). Le total des bénéfices demande une analyse plus détaillée des coût, avantages et projections pour le rétablissement des stocks de poisson dans le système fluvial.

Mise à jour - Mars 2014

Ainsi, à ce jour, presque quatre ans après l’ouverture des écluses, même si la largeur des écluses ouvertes du pont-chaussée ne représente qu’une petite portion de l’étendue originale de la rivière, l’écoulement de l’eau a eu un effet spectaculaire. La boue, soit des particules de sédiments accumulés dans le fond de la rivière et sur les berges depuis plus de 40 ans, a été soulevée et déplacée deux fois par jour, ce qui a eu pour effet d’élargir considérablement la rivière tout en ramenant progressivement le mascaret à sa splendeur d’autrefois.

La lutte n’est toutefois pas terminée, puisque les Sentinelles Petitcodiac travaillent à s’assurer que les paliers de gouvernement provincial et fédéral respectent leurs engagements de procéder aux autres phases du projet, dont le remplacement du pont-chaussée par un pont partiel, afin que la rivière coule sur une plus grande largeur.

Quoique la rivière se porte de mieux en mieux depuis l’ouverture des écluses et s’agrandit pour retrouver son écoulement naturel en aval, elle se rétrécit de plus en plus en amont. La structure de contrôle des marées contribue à ce problème. Consultez cette page du blogue du patrouilleur pour découvrir pourquoi.

FacebookTwitterGoogle+PinterestShare

canadadon

water-alliance