La rivière chocolat

Deux fois par jour, des marées puissantes atteignant des vitesses de 13 km/h et transportant d’énormes volumes d’eau et de sédiments en suspension remontent la rivière Petitcodiac. Elles déposent des particules de sédiments sur les berges et ne les remettent en suspension que lorsque la marée baisse ou quand surviennent des précipitations.
Grâce à la combinaison de ces caractéristiques, la concentration naturelle des sédiments en suspension dans la rivière compte parmi les plus élevées en Amérique du Nord, d’où ce sobriquet que l’on donne à la rivière Petitcodiac, la rivière Chocolat.
 ChocolateRiver2
ChocolateRiver540dpi
FacebookTwitterGoogle+PinterestShare

canadadon

water-alliance