« Ma rivière » est une série de billets de blogue présentant l’importance de la rivière Petitcodiac pour les résidents de la région, qui nous disent ce qu’ils aiment au sujet de la rivière et décrivent son impact sur leur vie.

Connaissez-vous un citoyen inspirant qui veut raconter son histoire ? Contactez Sentinelles Petitcodiac à info@petitcodiac.org ou par le biais de notre page Facebook.

FacebookTwitterGoogle+PinterestShare

Roger Leblanc : l’observation d’oiseaux fait apprécier davantage notre rivière

Texte : Nathalie Landry
Corrections : Monique Arsenault
Photos et vidéo : Georges Brun
Musique : Mario LeBreton

RogerLeblanc

« Il n’y a rien comme être dans le marais au bord de la rivière Petitcodiac, le matin avec la brume qui se lève et la chaleur du soleil qui s’installe tranquillement. On y entend le chant des oiseaux… C’est bon pour l’âme. »

C’est un véritable amour de l’ornithologie qui a amené Roger Leblanc à se préoccuper de la protection et de la restauration de la rivière Petitcodiac. Ce membre de Sentinelles Petitcodiac participe depuis plusieurs années au Recensement des oiseaux de Noël, un recensement annuel des oiseaux par des dizaines de milliers d’ornithologues bénévoles amateurs et professionnels, un peu partout en Amérique du Nord et de plus en plus aussi en Amérique du Sud. Roger est le compilateur du recensement de Moncton qui a pour but de répertorier le plus grand nombre possible d’espèces d’oiseaux et d’individus , dans un cercle de 24 km de diamètre à partir du centre-ville, ce qui comprend donc les marais entourant la rivière Petitcodiac.

grandheron

« Avant que l’on ouvre les écluses de la structure de contrôle des marées, j’allais beaucoup au marais Bell dans le coin de Salisbury », raconte-t-il. « J’observais le marais près du lac artificiel à l’époque. C’était un lac mort – il n’y avait presque aucune vie animale. Mais depuis l’ouverture des écluses, je vois une effervescence de vie animale revenir à ce même endroit. C’est vraiment étonnant à quel point la nature reprend vie rapidement quand on la laisse être elle-même. »

Natif de Campbellton, Roger dit avoir toujours aimé le plein air. Il a étudié à l’Université de Moncton, puis s’est installé dans notre région. Il se consacre depuis longtemps à la production télévisuelle. En tournant des documentaires sur la nature, il a développé une passion pour la faune et la flore et a fait de l’observation des oiseaux son passetemps préféré .

« J’adore surtout faire l’observation des oiseaux ce temps-ci de l’année, au printemps. J’essaie d’aller au moins 2 ou 3 fois par semaine dans le marais le long des berges de la rivière. La nature change tellement, c’est toute une représentation théâtrale à laquelle j’ai l’impression d’assister. C’est le retour, par exemple, du carouge à épaulettes, des hirondelles et de plusieurs espèces de canards. Puis, il y a le bruant de Nelson, une de mes espèces préférées, très typiques de notre région. Si jamais on voulait donner au Grand Moncton un symbole aviaire, je recommanderais que ce soit le bruant de Nelson. »

Bruant de nelson

Roger avoue que le mascaret qui gagne de l’ampleur depuis l’ouverture des écluses en 2010 n’est pour lui que la cerise sur le gâteau quant aux changements positifs observés au niveau de la santé de la rivière Petitcodiac.

« La rivière et sa faune changent à vue d’œil. Je vois, par exemple, une plus grande quantité et variété de canards le long des berges et d’autres espèces d’oiseaux pour lesquelles la rivière est un habitat naturel. D’autres espèces, comme les goélands, sont moins présentes. Avant, il y avait trop de goélands, car ils se nourrissaient facilement des poissons qui se bloquaient en essayant de se frayer un passage à travers les écluses. Maintenant que les poissons sont capables de remonter la rivière plus adéquatement, il y a moins de goélands qui se tiennent près du pont-chaussée. Puis, au fur et à mesure que l’envasement diminue, les oiseaux de rivage qui autrefois se tenaient sur les berges de la rivière, comme les bécasseaux, migrent en amont du pont-chaussée – ils s’en vont dans des lieux qui sont des habitats plus naturels pour eux. C’est normal et tout simplement un signe que la rivière reprend son état naturel et que la faune et la flore s’y adaptent. »

canardsouchet

pygargue

Roger dit que les gens ignorent souvent à quel point notre région est riche au niveau de sa faune et flore. « On est très chanceux d’habiter dans une ville où en quelques minutes, on peut faire l’observation de la faune et la flore d’un marais salé. Pour les amateurs d’oiseaux, il y a plusieurs espèces dans notre région que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Des gens viennent de partout pour voir des espèces comme mon ami, le bruant de Nelson, qui revient dans la région au mois de mai chaque année et qui a un chant tout à fait particulier. »

« Quand on prend la peine d’en apprendre au sujet des oiseaux et de connaître leurs histoires, comme leurs grandes migrations et ce qui rend chaque espèce unique, eh bien on commence à mieux apprécier la nature et à vouloir la protéger. »

faisandecolchide

Sa vision pour l’avenir de la rivière Petitcodiac ?

« Il faut donner à la rivière – et à la nature – la chance de reprendre ses droits. J’espère qu’un jour nous enlèverons la structure de contrôle des marées au complet ainsi que le pont-chaussée pour les remplacer par un pont. L’endroit où était autrefois le lac artificiel a un très grand potentiel – il pourrait devenir un endroit beaucoup plus intéressant si l’on donnait à la rivière la chance de reprendre sa pleine largeur. J’y verrais un beau marais, avec des passerelles pour se promener et observer les oiseaux. »

Sorry, comments are closed for this post.